Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.

Partager via un média social

 

Contactez nous:

walfermusek@gmail.com

Hämmelsmarsch (Sheep March / Marche des Moutons)



Chaque année, l'Harmonie de Walferdange passe dans les rues des quartiers de Walferdange pour le "Hämmelsmarsch" le jour de la kermesse ( juin et octobre ). Ci-dessous quelques explications relatives à cette tradition.

Le défilé de moutons lors des kermesses locales

De nos jours, lors des kermesses luxembourgeoises, les sociétés de musique locales passent dans les rues en jouant la célèbre mélodie du “Hämmelsmarsch”. Elles profitent de l’occasion pour faire la quête et remplir les caisses de leur club.
Jadis, le Hämmelsmarsch, cortège formé par des fanfares et des moutons, n’avait lieu qu’à Luxembourg-ville.


Historique


Il s’agit d’une tradition très populaire liée à la “Schueberfouer”, la grande fête foraine annuelle. Le terme “Hämmelsmarsch” désigne à la fois un cortège de moutons ainsi qu’une mélodie. Le cortège qui passait et passe encore le jour de l’ouverture de la “Schueberfouer”, le “Kiermessonndeg”, est mené par une personnalité locale accompagnée de trois moutons portant des bandes tricolores. Des adolescents, assiettes à la main afin de collecter de l’argent, suivent le cortège au son de la fanfare qui joue le “Hämmelsmarsch”. L'origine semble se situer au début du 16ème siècle: Jean Ier de Luxembourg, l'aveugle, duc de Luxembourg et roi de Bohême, accorde aux bergers qui conduisent tous les jours  paître les moutons dans leur localité, le privilège de collecter dans leur village, le dimanche de la fête patronale.

L’origine de cette mélodie du “Hämmelsmarsch” n’est pas  tout à fait claire. Il semblerait qu’elle rappelle la mélodie d’un carillon de la tour du château Mansfeld, qui se trouvait à l’époque à Luxembourg-Clausen. Au 17Siècle, les membres de la Confrérie Saint Sébastien gagnèrent un mouton au jeu de quilles de la “Schueberfouer”. Ce mouton fut joint au cortège et c’est ainsi que naquit la tradition du “Hämmelsmarsch”.

Nombre de Luxembourgeois, fredonnent le “Hämmelsmarsch” en toute occasion, mais ils ignorent souvent qu’il était l’hymne national luxembourgeois jusqu’en 1859.

Quant au texte, il en existe aujourd’hui 3 versions, rédigées par des écrivains luxembourgeois de renom. La plus ancienne nous vient de Jean-François Gangler vers les années 1800; en 1856 Dicks reprend le texte de Gangler et ajoute encore quelques lignes pour son operette “Kiermesgäscht”. C’est à Michel Lentz que l’on doit les célèbres lignes “an d’Kanner loossen hire Kaffi stoen, fir deene schéinen Hämmel nozegoen…”- “et les enfants délaissent leur petit déjeuner pour suivre ces beaux moutons…”-, qu’il écrivit pour sa “Schuebermess”.
source: Luxembourg culture.

 

sculpture de Wil Lofy 
Hämmelsmarsch Walfer Musek 1982Hämmelsmarsch Walfer Musek 1982                                                           "Hämmelsmarsch"

 
 Den Text vum Michel Lentz


1. Stroph

'T as Kiirmesdag an eng Gei jéngt muerges an der Gaass,
'T jäitzt eng Clarnett an 't brommt eng schaddreg Baass,
An d'Hämmel gin derbei mat Bänn a Flettschen un,
Blénkeg zënne Plettlen an der Rei sin hannendrun,
Sin hannendrun;

An d'Kanner loossen hire Kaffi ston
Fir deene schéinen Hämmel nozegon
Wou d'Musek as, déi spillt sou lëschteg d'Gaassen an,
Fir bei all grouss Hären an der Stad hir Ronn ze man,
Hir Ronn ze man.

2. Stroph

D'Leit si gebotzt an si hun hir schéinste Kleeder un,
D'Kamäiner dämpen, d'Kächen, déi sinn drun,
d'Pan an der Fuesend, déi ass nët esou geplot,
Well et ass haut nët genoch mat engem Hämmelsbrot,
A mat Zalot.

An aus der Friemd sinn d'Lëtzebuurger do,
Op d'Kiirmes kommen si vu wäit an no,
'T as aus der Heemecht keen, a wir en iwer d'Mier,
Op de Schuebersonndeg, 't ass gewëss, dann denkt ën hier,
Dann denkt ën hier.

3. Stroph

Hun d'Hämmel dann d'Musikanten d'Neipuert ausgeleet,
Mam Fouermeeschter voll Gléckséilegkeet,
Da sëtzen d'Leit um Dësch mat hire Kirmesgescht,
d'Tell're klënken, jiddereen, deen deet sei meescht, sei bescht,
Sei meescht, sei bescht.

D'Gemitlechkeet, déi schenkt en d'Glieser aan,
An d'Lëschtegkeet, déi blénkt aus allen Aan,
De Quetschekoch, dee schmaacht ewéi de beschte Bond,
D'Fra vum Haus as frou, well alle Mënsch e gutt huet fond,
E gutt huet fond.

4. Stroph

An d'Schuebermëss, déi ass dann an hirem volle Glanz;
D'Trompett an d'Gei déi ruffe bei den Danz;
Grouss Schëlter op de Lietsche gi wëll Déieren un,
Wouvun as s'am ofsten nët en Hoor dobannen hun,
Dobannen hun.

Hei weisen si e Riis, dee Sable frësst,
An do e schwaarze Mann, deen Tubak ësst;
All Wonner vun der Welt, déi ka mer hei gesin,
Nëmmen nët e Mensch, deen iech fir näischt géif eppes gin,
Géif eppes gin.

Contenu